Notre nuit est glaciale ; une epaisse couche de neige durcie couvrait la terre ; le vent qui soufflait avec violence en faisait tourbillonner les monceaux accumules au coin des rues ou le long des maisons.

Avatar for adminby admin
February 21, 2022
63 Views
0 Comments

Notre nuit est glaciale ; une epaisse couche de neige durcie couvrait la terre ; le vent qui soufflait avec violence en faisait tourbillonner les monceaux accumules au coin des rues ou le long des maisons. C’etait une de ces soirees sombres et froides, ou les individus bien loges et bien nourris se pressent autour d’un bon feu et s’applaudissent de n’etre pas dehors ; ou nos malheureux sans abri et sans pain s’endorment pour ne plus s’eveiller ; ou plus d’un paria de nos cites, consume par la faim, ferme l’?il via le pave de des rues pour ne plus le rouvrir que dans un monde qu’il ne peut nullement trouver pire, quels qu’aient ete ses crimes dans celui-ci.

Telle etait ca au dehors, quand Mme Corney, la matrone du depot de mendicite ou nous avons deja fera penetrer le public, vint s’installer au sein d’ sa petite chambre devant un delicieux feu, et se mit a considerer avec complaisance une petite table ronde via laquelle est pose un plateau garni de la totalite des objets necessaires a J’ai plus rejouissant collation que puisse Realiser une matrone. Indeniablement, Mme Corney etait sur le point de se reconforter avec une tasse de the ; elle regardait la table, puis le foyer ou l’eau chantait doucement dans une petite bouilloire, et elle prenait De surcroi®t en plus un air satisfait ; elle en vint, en verite, jusqu’a sourire a ce spectacle.

« Vraiment, dit-elle en posant le coude concernant la table, y n’est personne ici-bas qui n’ait a benir la Providence, quand on voulait juste songer aux dons qu’elle nous fait. Helas ! »

Mme Corney hocha la tete d’un air pensif, tel si elle deplorait l’aveuglement des pauvres qui meconnaissaient ces dons ; et introduisant une cuiller d’argent (qui lui appartenait en propre) dans une rapide boite a the, elle continua ses preparatifs.

Qu’il faut peu de chose concernant troubler la serenite de notre ame ! J’ai bouilloire, etant fort petite et bientot remplie, deborda tandis que Mme Corney se livrait a ses reflexions morales, ainsi, plusieurs gouttes d’eau chaude tomberent concernant mon tour en matrone.

« Peste soit d’la bouilloire ! dit-elle en la posant bien vite sur la cheminee. Quelle sotte invention que ces bouilloires qui ne contiennent qu’une ou 2 tasses ! A qui peuvent-elles servir, sinon a une pauvre creature delaissee tel moi, helas ! »

A ces mots, la matrone se laissa tomber dans son fauteuil, remit le coude via la table, ainsi, www.besthookupwebsites.org/fr/afroromance-review/ songea a son existence solitaire. Notre petite bouilloire a une tasse avait reveille en elle le souvenir de feu M. Corney, qu’elle avait enterre vingt-cinq ans auparavant, ainsi, elle tomba dans une profonde melancolie.

« Je n’en aurai pas d’autre ! dit-elle d’un ton rechigne ; je n’en aurai jamais… de semblable. »

On ne saurait penser si l’exclamation de Mme Corney s’adressait a le mari ou a sa bouilloire ; peut-etre etait-ce a cette derniere, car cette dernii?re la regarda au meme instant et Notre mit concernant la table. Comme elle approchait la tasse de ses levres, on frappa doucement a Notre a.

« Entrez ! dit-elle avec humeur ; c’est i  nouveau quelque agee femme qui meurt, je suppose : elles meurent forcement quand j’suis a table ; entrez vite et fermez la a, que le froid ne penetre gui?re dans la chambre. Eh beaucoup, qu’est-ce ?

– Rien, madame, rien, repondit une voix d’homme.

– Bonte divine ! evoque la matrone d’une voix beaucoup plus, douce ; est-ce vous, monsieur Bumble ?

– A ce service, madame, dit M. Bumble, qui etait reste dehors a s’essuyer des pieds sur le paillasson et a secouer la neige qui couvrait le habit, mais qui maintenant faisait son entree, tenant d’une main son tricorne et de l’autre un paquet. Dois-je fermer la porte, madame ? »

La dame hesita modestement a satisfaire, dans la crainte qu’il n’y eut quelque inconvenance a s’entretenir a huis clos avec M. Bumble. Celui-ci profita de votre hesitation, et, comme il etait gele, il ferma la porte sans tarder davantage l’autorisation.

« Quel affreux moment, monsieur Bumble ! devoile la matrone.

– Affreux, en verite, madame, repondit le bedeau ; c’est un moment antiparoissial. Croiriez-vous, madame Corney, que nous avons distribue dans une telle journee de benediction vingt-cinq pains de quatre livres et un fromage et demi ?… Eh beaucoup ! ces mendiants-la ne semblent nullement contents.

– J’ai belle merveille ! est-ce qu’ils paraissent pas contents ? evoque la matrone en savourant le the.

– Ah ! c’est bien, vrai, madame, reprit M. Bumble. Tenez, on voit un individu auquel, en consideration de sa nombreuse famille, on a octroye un pain de quatre livres et une livre de fromage, bon poids ; croyez-vous qu’il en soit reconnaissant ? pas pour deux liards. Savez-vous ce qu’il a fera, madame ? il a reclame legerement de charbon, ne fut ce, disait-il, que enormement un mouchoir. Du charbon ! mais pourquoi faire, en verite ? il voulait donc Realiser griller le fromage Afin de venir ensuite en redemander ! Ces gueux d’indigents n’en font jamais d’autres : donnez-leur aujourd’hui du charbon plein votre tablier, ils reviendront en reclamer autant 1 semaine apres ; ils seront effrontes tel des singes. »

J’ai matrone octroya le approbation a cette belle comparaison, et le bedeau continua :

« On ne saurait croire jusqu’ou va leur insolence ; gui?re prochainement qu’avant-hier, un homme… vous avez ete mariee, madame, je puis donc entrer avec vous dans ces details, 1 homme, a peine vetu (Mme Corney baissa le regard) de divers haillons en lambeaux, apparai®t a la a de une surveillant, qui avait justement de l’univers a diner, et devoile qu’il va falloir qu’on lui donne des secours. Comme il refusait de s’en aller, et que sa tenue scandalisait la compagnie, notre surveillant lui fit apporter une livre de pommes de terre et une demi-pinte de gruau. « Mon Dieu ! evoque ce monstre d’ingratitude, qu’est-ce que vous voulez que je fasse de ca ? autant me donner Plusieurs besicles. – C’est bon, dit une surveillant en lui reprenant les provisions, vous n’aurez rien du tout. – Il me faudra donc mourir sur le pave ? evoque le vagabond. – Oh ! que non, vous n’en mourrez pas, » dit le surveillant.

Avatar for admin

Leave a comment